POURQUOI VEGAN ?

Donald Watson, qui a créé le terme ‘vegan’ en 1944, définit le véganisme comme :

« […] une philosophie et une façon de vivre qui cherche à exclure, autant qu’il est pratiquement possible, toutes les formes d’exploitation et de cruauté envers les animaux, que ce soit pour se nourrir, s’habiller, ou pour tout autre but ; et par extension, le véganisme soutient et encourage le développement et la mise en œuvre d’alternatives sans utilisation d’animaux, pour le plus grand bien des êtres humains, des animaux et de l’environnement ».


Les personnes qui choisissent ce mode de vie ne consomment donc aucun produit d’origine animale (viande, poisson, produits laitiers, œufs, miel) et ne portent et n’utilisent ni vêtements, ni chaussures, ni accessoires faits à partir de peau, de poils ou de plumes d’animaux (fourrure, cuir, laine, plumes et soie).

POUR NOTRE SANTÉ

De plus en plus de personnes choisissent de devenir vegan (prononcer vé-gane) pour des raisons de santé aujourd’hui évidentes. En effet, une alimentation végétalienne équilibrée et qui s’appuie largement sur des aliments entiers non transformés tels que les fruits, les légumes, les céréales complètes, les légumineuses et les oléagineux, est absolument bénéfique pour la santé et riche en protéines, calcium, fer, fibres et autres vitamines et minéraux essentiels.

De plus, de nombreuses études et recherches scientifiques ont démontré qu’une alimentation végétalienne équilibrée contribue à la réduction de la pression artérielle, des risques de maladies cardiovasculaires et de certains cancers. On sait aujourd’hui que le fait de supprimer les produits animaux de notre alimentation permet de contrôler, voire même de faire régresser la plupart, sinon toutes, des maladies dégénératives qui nous touchent.

POUR LES ANIMAUX

Manger de la viande, c’est une histoire de culture. Notre société nous a appris à choyer les chiens et les chats et à voir les vaches, les cochons et les poulets comme des sous-animaux destinés à finir dans notre assiette. Mais dans d’autres cultures, les vaches sont des animaux sacrés et il est normal de manger les chiens. Vous pensez probablement que c’est mal, et cela l’est certainement, mais pourquoi serait-il mal de manger un chien et normal de manger un cochon ? Allons plus loin : pourquoi serait-il mal de tuer un chien et normal de tuer un cochon ? La vie de l’un est-elle supérieure à celle de l’autre ? C’est ce qu’on appelle le spécisme.

Vous pouvez regarder cette vidéo absolument géniale si vous voulez en apprendre plus sur le sujet :

Il est temps de s’interroger sur le regard que l’on pose sur les animaux et sur la place que leur assigne notre société. Les animaux sont des êtres sentients, c’est-à-dire qu’ils ressentent la douleur, le plaisir et diverses émotions, et qu’ils veulent vivre leur vie autant que nous voulons vivre la nôtre.

Prenons l’exemple des vaches : alors que les bovins ont une espérance de vie d’au moins 20 ans, les vaches laitières sont généralement tuées au bout de 5 ans.

Avez-vous déjà entendu les meuglements de détresse des vaches et de leurs petits lorsqu’ils sont séparés de force ? Dans presque tous les élevages laitiers, le veau est séparé de sa mère à la naissance ou dans les 24 heures. C’est un véritable déchirement pour la vache et son veau car leur relation est très forte et pourrait durer de longues années. Après la séparation, beaucoup se cherchent en meuglant pendant des jours. Des vaches ont défoncé des clôtures et parcouru des kilomètres pour retrouver leur petit, parfois au péril de leur vie. Les veaux sont abattus avant leurs deux ans pour la viande. La plupart ne verront jamais un pâturage. Le destin des veaux femelles est le plus souvent celui de leur mère, les autres sont engraissées et abattues comme les mâles.

POUR LA PLANÈTE

Chaque repas sans produits animaux allège notre emprunte sur l’environnement. Voici quelques-uns des impacts de l’agriculture animale sur la planète :

  • L’élevage émet plus de gaz à effet de serre que les transports
  • L’élevage est responsable de 80% de la déforestation en Amazonie
  • Plus de 8% de l’eau potable utilisée par les humains est destinée à l’élevage
  • Il pourrait de plus y avoir de poissons dans les océans en 2048
  • 70% des terres agricoles sont aujourd’hui destinées à nourrir les animaux d’élevage
Regardez cette vidéo pour plus d’informations :

POUR LA FAIM DANS LE MONDE

On produit aujourd’hui assez de nourriture pour nourrir 10 milliards de personnes, pourtant plus de 800 millions de personnes souffrent encore de la faim et 40 millions en meurent chaque année, en partie parce que 80% de l’alimentation animale provient de cultures qui conviendraient également à la consommation humaine, comme le maïs ou le soja. De plus, l’élevage nécessite des quantités de terres, d’eau, et de bien d’autres ressources, qui pourraient être utilisées pour cultiver de la nourriture pour les êtres humains.

Des études ont montré qu’une alimentation végétalienne nécessite environ un tiers de la terre nécessaire pour une alimentation carnée ; la nourriture actuellement donnée aux animaux d’élevage pourrait nourrir 3.5 milliards de personnes.

BONNE NOUVELLE

La bonne nouvelle, c’est que l’on peut ENCORE changer les choses ! À chaque fois que l’on achète à manger dans un supermarché ou que l’on commande dans un restaurant, bref, à chaque fois que l’on mange, on a le choix d’aider ou non les animaux d’élevage. À chaque fois que l’on remplace un produit d’origine animale (nourriture, vêtement, cosmétique, etc) par son équivalent d’origine végétale, on fait le choix de prendre leur défense.

Aujourd’hui, manger végétalien est plus facile que jamais et les bienfaits d’une telle alimentation ne sont plus à prouver. Qu’attendons-nous, donc, pour vivre d’une façon qui nous permette d’être en meilleure santé, de réduir notre impact sur la planète et de régaler nos papilles avec des plats sans cruauté ?

Si vous voulez devenir vegan, vous pouvez lire mes 14 Conseils Pour Devenir Vegan.

POURQUOI ÊTES-VOUS DEVENU(E) VEGAN?